Aller au contenu principal

Confusion et clarté

Par Walter B. Fenton

Photo par Rais Gi sur Unsplash.

Les transitions impliquent par nature un certain degré de confusion. On perd le sentiment de certitude et on ne sait pas vraiment où l'on va aboutir. Pourtant, nous nous lançons souvent dans des transitions parce que nous savons que nous ne pouvons plus rester là où nous sommes ; nous devons bouger. Nous acceptons, au moins pour une saison, que les choses soient un peu confuses pendant que nous naviguons vers un nouvel endroit, et nous faisons donc tout ce que nous pouvons pour minimiser la confusion, et prions pour que la transition se passe aussi bien que possible.

Pendant plus de deux ans, le Transitional Leadership Council (TLC) de Église Méthodist Globalea travaillé avec diligence pour aider les méthodistes unis théologiquement conservateurs à effectuer une transition qu'ils savent devoir faire. Pendant des décennies, ils sont restés fidèles aux convictions théologiques et éthiques fondamentales de l'Église UM, ainsi qu'au travail de ses conférences générales, la manière traditionnelle dont les méthodistes en sont venus à discerner la volonté de Dieu pour l'Église. Malheureusement, la dure expérience a révélé que certains évêques et membres du clergé ne partageaient pas leurs convictions, voire bafouaient la volonté de la Conférence générale. La confiance a été perdue, la confusion a été semée, et ainsi, après de nombreuses années, il est devenu évident pour presque tout le monde dans l'Église UM que des transitions étaient nécessaires partout.

Pour sa part, le TLC a évité de se prononcer sur l'avenir de l'Eglise UM. Ses références à ce sujet se limitent généralement à clarifier, pour les conservateurs théologiques, comment passer de l'Église UM à Église Méthodist Globale. Le TLC trouve donc regrettable que certains évêques UM sèment la confusion en se prononçant sur des questions sans être pleinement informés sur le site Église Méthodist Globale et, dans certains cas, en prouvant qu'ils sont mal informés sur l'Église UM.

Par exemple, l'évêque Cynthia Fierro Harvey, ancienne présidente du Conseil des évêques de l'Église UM, a récemment déclaré : "Si une personne du clergé rejoint le GMC, elle devra renoncer à son adhésion à la conférence et à ses ordres dans l'UMC. Vous ne pouvez pas être membre ou être ordonné dans plus d'une dénomination."

Ceci n'est que partiellement vrai. En effet, les pasteurs de l'Église UM ne peuvent pas être membres du clergé de deux dénominations en même temps (nous ne connaissons aucun membre du clergé qui le souhaite). Cependant, les membres du clergé de l'Église UM qui souhaitent passer de l'Église UM à Église Méthodist Globale n'ont pas à renoncer à leurs "ordres" (c'est-à-dire à leurs titres d'ordination ou ministériels que les membres du clergé encadrent souvent et placent sur le mur de leur bureau). Ces membres du clergé continuent à exercer leur fonction ministérielle ordonnée, mais dans une autre dénomination. Puisqu'ils ne se retirent pas du ministère ordonné, ils ont le droit de conserver leurs "ordres" pour démontrer leurs références à une autre dénomination.

Sans le vouloir, l'évêque Harvey a semé la confusion parmi les pasteurs de l'UM désireux de rejoindre le site Église Méthodist Globale. Ses représentants ont reçu de nombreuses demandes de renseignements de la part de pasteurs à ce sujet. Ils rapportent que, sur la base des informations erronées de l'évêque Harvey, leurs évêques les ont également informés que s'ils veulent passer à Église Méthodist Globale, ils doivent renoncer à leurs ordres ministériels.

Le révérend Keith Boyette, président du TLC, a clairement déclaré : "Les membres du clergé transférés n'ont pas besoin et ne doivent pas "rendre... leurs ordres" à leur conférence annuelle UM. Ils ont le droit de les garder et doivent les garder. Il y a des informations très utiles sur le site web Église Méthodist Globalequi clarifient pour les membres du clergé les étapes précises nécessaires pour effectuer le transfert, qui citent spécifiquement la section pertinente de la Discipline UM pour le faire, et qui fournissent même le langage que les membres du clergé peuvent utiliser pour faire leur demande de transfert [voir la Foire aux questions, question quatre et suivez les liens utiles dans la réponse.

Les évêques de l'UMC ont également semé la confusion par le biais d'une menace pas si subtile. Lors de leur dernière réunion du Conseil des évêques, les évêques ont adopté une motion qui "exhorte les dirigeants de la Wesleyan Covenant Association à clarifier leur intention de rester dans l'UMC ou de partir pour le GMC". Une fois de plus, les représentants de Église Méthodist Globale ont reçu des rapports de membres du clergé servant en tant que dirigeants de la WCA ou membres du TLC, déclarant que leurs surintendants de district ou leurs évêques les ont pressés sur cette question, allant même jusqu'à laisser entendre que s'ils continuent à servir en tant que dirigeants de la WCA ou du TLC, ils sont essentiellement membres de l'Église Méthodist Globale, et doivent donc être transférés ou se retirer de l'Eglise UM.

 Il n'y a rien dans la discipline de l'UM qui exige que le clergé de l'UM en règle "clarifie son intention de rester dans l'UMC", a déclaré Boyette. "Et ils restent des membres du clergé en règle, qu'ils soient ou non des leaders de la WCA. Les membres du clergé qui sont des dirigeants de l'AOC, et d'ailleurs tout membre du clergé qui envisage de passer à une autre dénomination ou de se retirer du ministère ordonné, ne sont pas tenus de déclarer systématiquement leur intention de rester dans l'Église UM. Il s'agit de décisions personnelles-professionnelles concernant l'appel et la vocation d'une personne, et le clergé UM est libre de prendre tout le temps qu'il veut pour prendre cette décision."

Les présidents actuels et passés du Conseil des évêques de l'UM étaient tous membres de l'équipe de médiation qui a produit le Protocole de réconciliation et de grâce par la séparation, un plan appelant à la séparation de l'Église UM. Ces évêques de l'UM ont été rejoints par d'autres, qui ont également déclaré publiquement qu'une séparation à l'amiable et ordonnée était la meilleure voie à suivre pour l'Église UM. Bien que le troisième report de la Conférence générale de la dénomination signifie que le Protocole ne pourra pas être adopté cette année, rien n'empêche les évêques UM d'agir conformément à son esprit, en particulier lorsqu'il s'agit de membres fidèles du clergé UM qui envisagent une transition importante et recherchent autant de clarté et de grâce que possible. Nous appelons les dirigeants de l'Église UM à faire preuve de cet esprit en cette saison.

Apprenez-en plus sur le site Église Méthodist Globale en explorant son site web

Ce message a 0 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Retour en haut de page